Le jour où j’ai croisé Dylan… (7ter)

(pour 72 € quand même, hein, et d’assez loin…)

 … et avec cet excellent article d’Ethel  nos chroniques dylaniennes s’achèvent pour de bon…

 

A propos de Bob Dylan ou le jet lag de 45 ans

7 avril 2009 – Paris – M° 1 direction La Défense – 19h20 porte Maillot – sortie palais des congrès.

 

Je suis le troupeau qui semble aller au même endroit que moi. Sur un mur un bout de carton déchiré « Cherche Place Dylan – 06.xx.xx.xxxx ». Le concert doit être complet depuis longtemps. Bob Dylan jouera 2 soirs. Arrivée sur le parvis un homme brandit une pancarte sur laquelle on devine de loin le profil de Bob Dylan jeune « Can You spare your ticket? » Une autre encore « cherche place gratuite ». Le prix des places est au summum de l’indécence. La place J-19 qui est la mienne a été payé 89 euros. De mémoire c’est un tarif poulailler.

Assise sur le parvis, profitant des derniers rayons du soleil, j’observe les gens en attendant Monsieur. Je me demande qui paye minimum 90 euros aujourd’hui pour voir Bob Dylan au Palais des Congrès ? Je vois un père et ses 4 ados, dont la fille porte fièrement un t shirt customisé « Dylan est à moi », des vieux, des VRP, des bobos, des gosses d’anciens baba-cool habitant aujourd’hui rive gauche.

Une BCBG, avec de longues jambes et la mini jupe noire qui va avec, cheveux tirés et le talkie dans la main droite s’approche des 2 flics à mes côtés. “Do you speak english ?”. Monsieur le policier : “Yes, I CAN!” Madame BCBG pose sa question et monsieur ne semble pas comprendre. 2 flics arrivent à la rescousse. Elle semble chercher un endroit supra VIP sans doute pour garer son coupé Audi jesaispasquoi, immatriculée 92. Les scanners des 4 flics se mettent en marche simultanément.

Mon ami arrive, nous pénétrons dans le palais des congrès. Un homme à la criée vend le programme pour 10 euros. S’agit-il d’un concert ou d’un show ? Dois-je m’inquiéter ? L’avenir nous le dira. Nous allons voir les t-shirts. Tiens, Dylan 68 ans sort un nouvel album prochainement et est toujours aussi jeune sur les produits de merchandising ! Des t-shirts avec Dylan, 20 ans pour un prix compris entre 30 et 60 euros. Wow!

Après une canette à 3.50 euros les 33cl, nous regardons défiler les gens assis sur l’escalier et les spectacles à venir dans le palais. On pourra admirer ABBA revisited ou Chantal Goya bientôt, capacité de la salle 3751 places de mémoire. Aïe!

20h, nous entrons dans la salle. Une hôtesse nous indique nos places. Comme prévu c’est le poulailler, tout en haut. L’hôtesse nous raquette une pièce pour le service rendu. On croit rêver ! Monsieur donne 2 fois 50 cts, se doutant que je ne lâcherai pas un cent.

Je me trouve à la place J19 à côté d’un monsieur de 60 ans, qui est paré une demi heure avant le début du concert. Jumelles à 5 euros main droite et Zoom miniature pour enregistrer le concert main gauche. Est-ce si exceptionnel comme concert ?

20h35 environ, le concert démarre. Six personnes entrent sur scène. Ils sont aussi grands que des cotons tiges. Tous en costards avec des bottes et chapeaux texans. Mais qui est Dylan ?!!! 2 guitares, une basse, une batterie, et 2 claviers. J’entends la voix de Dylan mais n’arrive toujours pas à l’identifier. Ah si, un chapeau diffère des autres, c’est le clavier à droite. Dylan au piano, non à la guitare? hum.

Soudain des gens quittent leur siège, dévalent les marches pour voir Dylan de près. Monsieur et moi en faisons de même. Nous n’allons tout de même pas rester vissés sur notre siège à côté de tous ces bœufs! Nous voilà devant, chez les riches qui ont du payer plus de 100 euros leur place. Dylan, vêtu de son costume bleu marine avec la rayure latérale rouge sur le pantalon et les 3 rayures longitudinales sur le dos de sa veste se planque derrière son chapeau. Je me demande si tous les musiciens ont signés avec une marque de bottes ou bien ont-il un tarif de groupe ?

Ils sont positionnés en demi-cercle et n’occupent que la moitié centrale de la scène. Ils jouent entre eux et pour eux. Le ton est donné. Je regarde longuement leur battement de pieds. Quel pied bat le rythme? Pied gauche pour la guitare solo, pied droit pour la guitare rythmique, pied gauche pour le clavier, pied droit pour la basse et pied gauche pour Dylan. J’observe la rotation de son talon gauche. Quelle chance! Parce que Dylan restera ensuite derrière son clavier jusqu’à l’avant dernier morceau.

Il semble affaibli, 68 ans tout de même! Il y a 6-7 ans je l’avais vu pêchu et accroché à sa guitare pendant tout le concert. Ce temps est révolu. Aujourd’hui ses compagnons de route, ou plutôt ses remarquables musiciens font 95 % du boulot. Ils portent Dylan et revisitent d’une certaine manière son répertoire riche et exceptionnel. Non, Dylan n’est pas mort et sa voix de plus en plus nasillarde est en place ! Ambiance country, blues, folk, voire même jazzy. C’est superbe. Certains hits sont à peine reconnaissables. Il est par ailleurs difficile voire quasiment impossible de comprendre les textes que Dylan chante!

Au bout de 2 morceaux, le service d’ordre démarre sa méthode fasciste pour remettre les gens dans leur rang. ”Retournez à vos places !”. Les riches sont obligés de se lever pour voir! Ordre et discipline! Bien. Avec une dizaine de personnes nous réussissons toutefois à trouver une alternative au poulailler, soit sur le palier à l’interface entre les riches et les pauvres. La taille des musiciens passe du format A0 au format A4. A chaque tube les lumières bleues éclairent la salle. Les boeufs accrochés à leur portable ne peuvent s’empêcher d’enregistrer, filmer, immortaliser tout celà. Pour quoi faire?

Les 18 morceaux s’enchainent. C’est brillant, irréprochable.


(Ici Ethel indique les 18 morceaux chantés, je coupe)

 

Dylan jouera 3 fois de l’harmonica mais ne touchera pas sa guitare. Blast !

Dylan sans doute fidèle à lui-même ne dira ni bonjour ni au revoir et ne regardera que très furtivement la salle sur l’un des derniers morceaux, soit 2 secondes maximum. Avant le final de Blowin’In The Wind il remercie ses musiciens. La sortie de scène me fera sourire. En rang d’oignons sur scène ils regardent (ou pas?) le public sans rien faire, sans même peut être sourire. Je suis trop loin pour voir. Dylan fait un demi tour talon gauche et sans un geste, sans un regard il quitte la scène avec ses compères qui en font de même.

Concert époustouflant mais je ne me déplacerai plus. Je me demande pourquoi il tourne encore?

Peut être que les 3751 x 100 euros minimum (soit minimum 375 K€ par soir) valent le coup de se faire chier?

Sur le chemin du retour, Monsieur me dit que c’était un peu chiant, qu’il aurait fallu le voir il y a 30 ans.

Je dirai même plus qu’il aurait fallu le voir il y a 45 ans. Je comprends pourquoi mes parents fans absolus qui m’ont biberonné avec Dylan n’iront pas voir Dylan.

La sortie de “Together through life” est prévue le 28 avril et à la maison ce sera parfait!

Ethel C. le 2009/04/14

Le blog d’Ethel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :