Archives de octobre, 2009

Je t’écris Papa.

Posted in Kultur, Lire with tags , , , , on 31 octobre 2009 by Jeff

Je t'écris papa. Un livre de Florence Jenner-Metz

 

Je t'écris papa.

 

Une petite fille prend la plume, ou plutôt son stylo Mickey, pour écrire à son papa. Oui, mais voilà, Papa n’est plus vraiment là…Un livre de Florence Jenner-Metz, beau et juste, touchant, plein de sensibilité, que j’ai eu l’honneur et le bonheur de découvrir quelques semaines avant sa récente sortie.

Ce n’est pas… que pour les enfants !…

 

ISBN 9782914096751 – La Bouquinette à Strasbourg (notamment) –

Diffusion Seuil – Callicéphale Editions

 Accès direct aux livres de Florence sur fnac.com, cliquez ici.

 

Ich bin ein Wolf. Je suis un loup. Un livre de Florence Jenner-Metz

Autre actualité de Florence, la ré-édition chez Callicéphale du duo franco-allemand : Je suis un loup/Ich bin ein Wolf (brrhh !…).

Même les banksters meurent…

Posted in De choses et d'autres... with tags , , , on 31 octobre 2009 by Jeff

bansters faillite banque américaine 

LOS ANGELES (Reuters) – Les autorités américaines ont fermé vendredi neuf banques, un record pour une seule journée depuis le début de la crise financière.

Cette opération porte à 115 le nombre de banques mises en faillite depuis le 1er janvier, soit le plus haut niveau annuel depuis 1992. Les analystes s’attendent à ce que d’autres surviennent encore d’ici la fin de l’année.

Parmi les neuf établissement fermés vendredi se trouve la California National Bank, qui devient donc la quatrième plus grosse faillite du secteur cette année.

La plus grande institution financière à s’être effondrée depuis le début de la crise est Washington Mutual, qui détenait 307 milliards de dollars d’actifs à sa fermeture en septembre 2008.

Reuter’s  09:2118

Photo 30/10/09 by Fred Prouser – Reuters

Vincent, il faut quand même que je te dise…

Posted in Do you remember ?, Musik, Torso with tags , on 31 octobre 2009 by Jeff

 

Shetland

 

Il faut quand même que je te dise :

C’est un album géant, carrément géant… Je ne suis pas sûr que tu puisses te rendre compte A QUEL POINT. Et peut-être même qu’il ne vaut mieux pas !…

Mais – tout de même… – à toi je sais que je peux dire COMBIEN il est géant.

Car je te connais. Et si j’ai payé pour apprendre qu’il ne faut jamais dire jamais, je sais pourtant aussi que tu ne deviendras pas, comme tant d’autres le sont fatalement devenus, un faiseur grisé par le succès.

Merci de surgir comme un bel ange noir, d’arpenter les rues tristes de nos villes sordides et détestables, que pourtant nous aimons tellement… Merci de daigner parfois faire un tour sous des sunlights de fortune pour délivrer tes notes, dans tous les sens du terme ;-o))

Merci d’avoir eu la lucidité, le courage, la constance, de privilégier la création avant ses apparences…

Merci de me permettre de reconnaître dans ta musique, à telle ou telle intonation qui me fut familière, que l’artiste vaut l’homme, et que l’homme vaut l’artiste, et que ce que tu fais est VRAI. Merci de susciter l’estime et l’admiration, que l’on a tellement de mal généralement à accorder à nos contemporains, et aussi cette sorte de fraternité secrète qui est le miel de la vie.

Merci parce que je ressens qu’avoir partagé quelques moments avec toi a été une sorte de cadeau et de privilège.

Crois-moi ou pas, moi qui n’ai pourtant radicalement aucune compétence pour dire cela : cet album fait d’ores et déjà partie de l’histoire. Oui, un jour, peut-être que tu me crois pas, mais un jour c’est sûr, je ne sais pas quand, dans cinq ans, dans vingt ans, dans cent cinquante ans ça je n’en sais rien, il fera partie de l’histoire de la musique, il ne PEUT PAS en être autrement.

Certes, au regard de l’univers infini, et de l’immensité des temps passés et à venir, les 1 000 ans de l’Empire romain d’Occident ne représentent pas même le craquement fugace d’une allumette dans la nuit. Certes, notre espèce consubstanciellement névrosée disparaîtra sans doute un jour, c’est mathématique, juste une question… de temps… Certes il n’est pas sûr que cela sera une si grande perte…

Je sais tout cela, et que ça nous ramène constamment au sentiment de l’inutile, que tu côtoyas comme moi… Mais, malgré tout cela que nous savons si bien, je DOIS te dire combien tu es NECESSAIRE (oui, je sais, c’est un comble…, en quelque sorte…, mais c’est bien ainsi pourtant…).

Il fut un temps où l’univers des possibles me semblait encore infini – ouvert en tout cas – et en ce temps-là je croyais parfois, en quelques occasions rares, que le sublime était au bout de nos doigts. Laisse-moi te dire : aujourd’hui je me rappelle cette émotion oubliée, parce que… le sublime est au bout de ta voix.

Il arrive parfois que même les anges, que surtout les anges…, soient un peu fatigués… Rappelle-toi toujours, alors, que comme tu le sais et l’a ressenti si fort dans ta chair : « TOUT EST TRACE ».

Et c’est bien parce que tout est trace que j’écris, que j’ose, que je lance et que je balance ces mots dans le frêle esquif qu’est mon « modeste blog », qui cependant les fera naviguer, c’est mathématique aussi…, juste une question de temps…, sur le web infini.

 

 

Album  » rien de nouveau [en quelque sorte]  » par Torso à télécharger chez  Factotum records.

 

Photo : Wind Bound Lerwick, by JD Ratter (the famous Shetland photographer), environ 1880, scannée par « ccgdn » – licence Creative Commons – Attribution – Sharealike

 

A quelques nanosecondes près…

Posted in Musik, Torso with tags , , on 31 octobre 2009 by Jeff

 

torso_pharmacie_épilepsise

 

 

suspendu à la fenêtre en PVC

je regarde passer les vents mauvais

un sac plastique voltige

par dessus les poubelles

je fixe un point quelconque

au détour de la rue

la pharmacie épilepsise en vert fluo

j’observe à la longue-vue

les gens qui sortent de chez moi

    

    

 

le samedi soir à 20h30

à quelques secondes du bonheur

quand l’ombre de l’amour

se cristallise sur mon berceau

et que tous les chiens de l’enfer

viennent succomber à tes caresses

   

  

  

perdu lors d’un appel en PCV

j’ai oublié le son de ma voix

je largue mes mégots par la fenêtre

et mes amants dans les parkings

je finis par effacer leurs noms

dans les pages jaunes de l’annuaire

[…]

 

 

… ça continue sur l’album  » rien de nouveau [en quelque sorte]  » par Torso

téléchargeable chez Factotum records. Paroles VinZ/Torso.

Photo by Damien [Phototrend.fr] – licence Creative Commons.

 

Bravo VinZ, bravissimo ! ! !

Posted in Musik, Torso with tags , , , , , , , , , on 29 octobre 2009 by Jeff

 

 Torso - Rien de nouveau [en quelque sorte]

 

 Superbe concert. Thanks a lot !

Superbe album, à télécharger d’urgence

chez  Factotum records  ou sur Myspace .

 

« Caddie de merde… » – Assez vrai, non ?

Posted in De choses et d'autres..., Paroles fortes with tags , on 28 octobre 2009 by Jeff

 

Caddie_cc_marc_lagneau

 

IL Y A QUARANTE ANS …

Acheter du lait du beurre et des oeufs

1969 :

Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre fait avec du lait de vache coupé à la motte. Puis tu demandes une douzaine d’oeufs qu’il sort d’un grand compotier en verre. Tu payes avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil. Le tout a demandé 10 minutes.

2009 :

Tu prends le caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux, tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée parce qu’un benêt l’a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Et tu cherches la date limite. Pour le lait tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades, ou mieux en promo avec la date dessus et la composition.

Pour les oeufs tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu’aucun oeuf n’est fêlé ou cassé, et paf, tu te mets plein de jaune sur le pantalon. Tu fais la queue à la caisse puis la grosse dame devant a pris une promo qui n’a pas de code-barres alors tu attends, et tu attends, puis toujours avec ce foutu caddie de merde tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie, tu ne le retrouves pas car tu as oublié le numéro de l’allée. Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l’engin pourri, et là tu vas t’apercevoir qu’il est impossible de récupérer ton jeton, tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé. Cela fait une heure que tu es parti.

(origine du texte inconnue de moi – trouvé sur le forum SICAV de Boursorama…)

(photo by Marc Lagneau, licence CC)

Des nouvelles de Torso !

Posted in Musik, Torso with tags , on 22 octobre 2009 by Jeff

 

Elogieusement chroniqué dans Rock and Folk d’août 2009 :

torso_r_and_folk-august_09

 

Pour lire notre précédent article sur Torso,

et savoir Why I like this band  ;-o))  –  Cliquer ici 

 

Les dates de la tournée d’automne :

tournee_torso_automne_2009_450

Arrghhh, Vinz, si j’avais eu l’info plus tôt

j’aurais pu me réserver la date pour le concert, sniff !

 

La chronique de Obsküre [Digital Magazine for Dark Musics]

à propos du nouvel album de Torso – Cliquer ici

 

En complément, sur le même site, une interview des deux coldwavers cyniques  qui « accueillent désormais un léger espoir ».

(VinZ, rassure-moi, tu n’es pas malade, dis ?)

Pour lire l’interview, cliquer sur la photo ci-dessous

berlin-avril-2009-050