Archive pour Varsovie

Jean Ferrat – Déjà l’heure de le pleurer.

Posted in Ils nous ont quitté, Kultur, Musik with tags , , , , , on 13 mars 2010 by Jeff

 

Jean Ferrat chante Aragon décédé mars 2010

 

Né à Vaucresson en 1930 sous le nom de Jean Tennebaum. Son père déporté meurt à Auschwitz lorsqu’il a 11 ans. Lui-même est sauvé par des militants communistes. Il restera fidèle jusqu’au bout à ses idées. Auteur de quelques chansons marquantes… C’était au temps où on ne lançait pas encore tout à fait les chansons comme des savonnettes.

Il est déjà l’heure de le pleurer.

 

 

Extrait de « Nuit et brouillard » :

« On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours,
Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour,
Que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire,
Et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare…

[…]

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers,
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés,
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants,
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent. »

 

 

 

 

« M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Qui chante au fond de moi au bruit de l’océan ?
M’en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde
Dans ce nom que je dis au vent des quatre vents ?

Ma mémoire chante en sourdine…
Potemkine. »

 

On interdira à Jean Ferrat lors d’une émission télévisée en direct de chanter « Potemkine », lui demandant de « chanter autre chose ». L’artiste restera en coulisses, refusant de paraître sans sa chanson.

 

Quelques chansons de Ferrat alors censurées :

« Nuit et brouillard » (1963) – « Potemkine » (1965)  – « Ma France » (1968) « Au printemps de quoi rêvais-tu ? » (1969)  – « Un air de liberté » (1975)